Comment se protéger du négatif ?

0
6

En ce bas monde, nous sommes entourés en permanence d’ondes négatives. Ces vibrations peuvent affecter notre quotidien. Il est ainsi préférable de les éviter ou de s’en protéger. Retrouvons quelques astuces simples pour rester à l’abri du négatif.

Éviter le négatif en s’éloignant de certains individus

Certaines personnes sont foncièrement pessimistes. Il est préférable de ne pas les avoir parmi votre entourage.

Ces individus rependent des ondes négatives autour d’eux, parfois sans s’en rendre compte. Souvent, ils se passent pour des personnes réalistes, mais en réalité, ils attirent des vibrations néfastes dans leur manière d’être. Autant que possible, essayez de vous éloigner de ces personnes physiquement et émotionnellement. S’il faut les côtoyer au quotidien, tentez de leur donner le bon exemple d’optimisme.

Autocoaching et externalisation des sentiments

Dès le réveil, vous pourrez repousser les ondes négatives avec des exercices simples. Vous pourrez notamment essayer la respiration et quelques postures de yoga. Avant de vous coucher le soir, ayez exclusivement des idées positives. Répéter tout bonnement, des phrases qui vous remontent le moral pourront vous aider. D’autres personnes s’imaginent dans la peau d’un animal aussi puissant que le dragon. Ensuite, il est primordial de vous libérer du poids de la journée. Cela peut se faire de plusieurs façons en écrivant vos soucis.

Une purification à faire aussi souvent que possible

Les ondes négatives peuvent s’installer dans votre domicile si vous leur donnez la permission. La contamination vient de plusieurs manières. Il y a notamment la colère que vous ramenez de l’extérieur. Vous pourrez aussi apporter de la négativité chez vous en vous disputant. La purification passe par la remise en ordre des émotions. En dépit des différends, vous avez intérêt à être en bon terme avec votre entourage. Puis, l’encens ou la fumigation à la sauge blanche peut aussi chasser les ondes négatives. Pensez aussi à l’eau bénite.

LEAVE A REPLY